10 février 2007

 

Manifestation anti-Sarkozy rue d'Enghien

Une centaine de manifestants, de diverses associations et partis politiques de gauche, s'est rassemblée, samedi, près du siège du candidat UMP pour réclamer l'arrêt des expulsions.

Une manifestation rassemblant une centaine de personnes, appartenant entre autres au Réseau éducation sans frontières (RESF), aux Verts et à la LCR, s'est tenue samedi 10 février au matin devant l'école du Faubourg Saint-Denis, en soutien aux familles sans-papiers et pour dénoncer la forte présence policière dans le quartier, où le candidat Sarkozy a installé son QG de campagne. Pour contenir les manifestants, des gendarmes mobiles, arrivés dans une douzaine de cars, ont été déployés afin d'empêcher l'accès au siège de campagne du candidat UMP.
Les parents d'élèves des écoles du Xe arrondissement étaient invités à se rassembler, à l'appel du Réseau éducation sans frontières (RESF), lors de la sortie de classe devant cette école, à quelques dizaines de mètres du QG de campagne de Nicolas Sarkozy, rue d'Enghien. "Arrêt des rafles! Arrêt des expulsions! Fermeture des centres de rétention!", ont-ils scandé.
Ils ont été rejoints par de nombreux riverains exaspérés par les patrouilles policières dans le quartier. Les manifestants ont réclamé l'arrêt des expulsions des étrangers en situation irrégulière et "la régularisation globale" de toutes ces personnes.

"Quartier annexé par Sarkozy"

Les manifestants se sont ensuite dirigés vers la rue d'Enghien, où ils ont été bloqués par un cordon de policiers et de gendarmes.
Les riverains doivent montrer leurs papiers d'identité pour passer le barrage des forces de l'ordre.
"Je n'ai que mon passeport sur moi et il n'y a pas mon adresse. Je ne peux pas rentrer chez moi", a expliqué Françoise Delarue, une habitante de la rue d'Enghien. "En plus, mon nom accolé avec celui de mon mari, ça fait Delarue-Barey !", a-t-elle ironisé. Elle sera finalement accompagnée jusque devant la porte de son immeuble par un policier en civil.
"Le quartier est annexé par Sarkozy. Tous ces policiers, c'est de la paranoïa aiguë. Il détruit la vie du quartier", a pour sa part déclaré Véronique Dubarry, conseillère (Verts) de Paris, en montrant les sept cars de gendarmes garés dans la rue voisine du Faubourg Saint-Denis.
Plusieurs enfants ont chanté avec leurs parents "Solidarité avec les sans-papiers" devant le cordon de policiers.
Une pétition de soutien à un père de famille ivoirien débouté de sa demande d'asile a circulé durant la manifestation, à l'initiative de la fédération de parents d'élèves FCPE et de RESF.

source:
http://tempsreel.nouvelobs.com

Commentaires: Enregistrer un commentaire

Lien vers cet article:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by 

Blogger. Isn't yours?