16 décembre 2006

 

Loïc Le Meur et N. Sarkozy gâchent la fête du 'Web 3.0'

Sarkozy a été sifflé au forum monté à Paris par son ami blogueur Loïc Le Meur.
Par Ludovic BLECHER

QUOTIDIEN : samedi 16 décembre 2006

Le «Sarko circus» se prend les pieds dans la Toile. Le passage de Nicolas Sarkozy, mardi au Web 3, a déjà fait deux victimes : Loïc Le Meur, pape de la blogosphère française, et Sam Sethi, blogueur de Techrunch UK, partenaire de cette conférence parisienne sur l'avenir de l'Internet. Le premier est mis au ban de la blogosphère pour un flirt trop poussé avec le candidat qui a viré au mélange des genres. Et, pour faire simple, le second a été viré par son employeur après avoir osé distribuer les bons et mauvais points de l'événement organisé par Le Meur, lequel, piqué au vif, l'a traité de «asshole» («trou du cul») sur le Net. Entre temps, il y a eu les excuses de Le Meur, des indiscrétions diffusées par Sethi qui seraient, selon son employeur, la véritable cause de son licenciement, et l'emballement de la planète blogs.

Hold-up.
Les entreprenautes, venus de 36 pays pour écouter les conférenciers et (surtout) enrichir leur carnet d'adresses, ont été nombreux à dénoncer une «prise d'otage». Ils estiment que Le Meur n'avait pas à utiliser sa manifestation comme rampe de lancement d'une carrière politique . Proche de Sarkozy (il avait annoncé sur son blog qu'il voterait pour lui), Le Meur en a rajouté en réservant au ministre un accueil en musique (le seul de la conférence) avec tutoiement (pourtant de rigueur chez les blogueurs). Ce hold-up médiatico-électoraliste a provoqué ce qu'un proche de l'UMP appelle un «tout à l'ego caractéristique de l'Internet avec lynchage en public» de celui, qui, la veille, faisait figure de porte-drapeau d'une Net-économie à nouveau florissante.
Séché par tant de haine, Le Meur n'avait toujours pas publié, vendredi à 20 heures, de billets sur son blog depuis le 11 décembre. Il assistait vendredi au deuxième forum l'UMP, (lire ci-contre). Joint par Libération , il s'est contenté d'un : «Je ne peux pas vous parler.» «Le petit univers est en ébullition, explique Versac, l'un des blogueurs français les plus en vue. Mais les échanges de 500 professionnels du blogging ne représentent rien par rapport aux milliers de personnes "normales" qui tiennent un carnet de bord et se fichent de cette polémique. Sur le fond, c'est vrai que Sarkozy n'avait rien à faire dans cette réunion et qu'il a complètement loupé son discours.» Ce qui commence à faire beaucoup pour un candidat qui a déjà fait l'erreur de partir en campagne sans site web ( Libération du 5 décembre).
«A l'ancienne». Le Meur se relèvera certainement de cette affaire, mais Sarkozy a montré qu'il ne comprenait décidément pas grand-chose au Net. Faiblarde sur le fond, sa prestation de «politicien à l'ancienne» a été sifflée par une bonne partie de la salle. Sans ligne directrice, il a donné autant de gages aux tenants d'un Internet ouvert qu'aux partisans d'une régulation musclée, puis s'en est allé sans répondre aux questions. « C'est vrai que c'était bizarre , reconnaît un partisan du patron de l'UMP . Sa présence aurait pu être bien amenée, ça n'a pas été le cas. Il n'avait visiblement pas été briefé et son discours était celui de quelqu'un qui a voulu faire un coup dans la campagne.»

source:
http://www.liberation.fr/actualite/evenement/evenement1/223719.FR.php

Pour de nombreux blogueurs français, l'allégence de LLM à Nicolas Sarkozy avait déjà constitué une faute. La tonalité générale qui ressort des commentateurs français après la conférence est que l'intervention de N. Sarkozy a gâché un bel événement (voir sur le blog SNTIC) :

"La planète Blog se réveille avec la désagréable impression d'avoir fait l'objet d'une tentative de récupération " écrit 20 minutes qui pointe les réactions de blogueurs présents.

Laurent Gloaguen , qui réaffirme son soutien à Le Meur, regrette pourtant que ce "magnifique événement" ait "tourné à l'eau de boudin" :

"le discours asséné de Nicolas Sarkozy a fait l'effet d'un vilain cheveu dans le potage et a épuisé certaines patiences".

Pour Christophe Nonnenmacher,

"Loïc et Nicolas font certes une fois de plus parler d'eux mais pas forcément de la manière dont ils l'auraient souhaité, sinon planifié…"

Un blogueur qui a rapporté "en live" les propos de N. Sarkozy s'interroge :

A vrai dire mon sentiment n'est pas très clair: d'un côté je suis content qu'il soit venu nous "envoyer dans les oreilles" son discours, d'un autre je me dis qu'il n'avait pas sa place ici; d'un côté je suis en très bon accord avec le contenu de son programme concernant Internet, d'un autre, je me dis que cela reste un programme politique.
Un autre, plus critique :

Je ne suis pas le premier à le dire mais je ne serai certainement pas le dernier non plus : ma participation à leweb3 me laissera finalement un goût amer, l'impression de n'avoir pas été respecté ou pire d'avoir été manipulé.

Pour Versac, qui abonde comme à regret aux critiques qui pleuvent :

Loïc a juste oublié un moment qu'il était entré, avec cette conférence, non dans un simple metting informel avec des lecteurs de blogs ou des blogueurs, mais dans une relation commerciale, avec des clients, avec qui il avait passé un contrat.

Point blog dresse un rapide bilan de l'opération, et reconnaît que, si "la critique est facile",

"beaucoup de participants n'ont pas apprécié l'irruption de la politique intérieure française dans un évenement à caractère international où elle n'était pas annoncée"


> Un événement aux proportions d'un microcosme ... mondial


* Les réactions les plus virulentes émanent de blogueurs et entrepreneurs étrangers , qui dénoncent la réappropriation politique de l'événement, qu'a largement favorisé Loïc Le Meur, et témoignent plus généralement de leur méfiance à l'égard des politiques. Il fait peu de doute, à lire les réactions, que LLM a perdu une grande part de sa crédibilité d'entrepreneur et de blogueur, à l'échelle internationale :

"Le Web3 hacked by French politicians " :

The web community has been working for the past 30 years building rules, protocols and acceptable practices making the web a space of freedom that needs no patronizing by French politicians!

" Le Web 3 renamed Loic"

The conference was completely hijacked and changed from a conference about new web technologies into a presidential campaign for the next French election

Un autre blog parle du "Sarkozy show" :

In summary: he thinks we are the future and he plans on regulating the hell out of us.

Nice.

And now he's gone, without a chance for discussion. A hit and run speech.

Une lettre ouverte remarquée à LLM :

I am not here for some catchy newspaper headlines that this guy showed his face at this so so Web2.0 conference to show his support for this new people who are so so open minded and critical. You abuse 1.000 participants to be part of something they maybe don't want to be part of!

Commentaires: Enregistrer un commentaire

Lien vers cet article:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by 

Blogger. Isn't yours?