18 août 2006

 

Neuf responsables socialistes -maires, députés, sénateurs- ont annoncé leur soutien à une candidature de Ségolène Royal pour la présidentielle

"Neuf responsables socialistes -maires, députés, sénateurs- ont annoncé leur soutien à une candidature de Ségolène Royal pour la présidentielle, estimant qu'elle est "la plus apte à porter le projet de renouvellement des équipes, des méthodes et des idées" dont la France a besoin.

Leur texte, rendu public jeudi, est signé par Gaëtan Gorce, député et secrétaire national du PS, Dominique Bertinotti, maire du IVe arrondissement de Paris et secrétaire nationale adjointe, Jean-Louis Bianco, président du conseil général des Alpes-de-Haute-Provence et ancien ministre, Didier Boulaud, sénateur-maire de Nevers, Christophe Caresche, député et adjoint au maire de Paris Bertrand Delanoë, Martine Carrilon-couvreur, député de la nièvre, Jacques Floch, ancien ministre et député, Jean Germain, maire de Tours, Jean-Pierre Mignard, "responsable national", et Gilles Savary, député européen.

Pour ces signataires, tous membres de la majorité du parti et appartenant à la sensibilité "Nouvelle voix" (bien "nouvelle voix"), "la désignation de notre candidat doit constituer la première étape d'une dynamique électorale qui nous conduira jusqu'au succès et non le paroxysme d'un débat interne dont la virulence nous affaiblirait tous".
Et "s'il est normal d'accueillir avec discernement les indications que nous apportent aujourd'hui les enquêtes d'opinion, il est préférable pour le moral de toute la gauche que celles-ci confirment nos chances de succès plutôt que le contraire", écrivent-ils.
"Nous ne croyons pas plus à la femme qu'à l'homme providentiel", affirment ces responsables socialistes, qui refusent aussi "la figure imposée du chef de l'Etat tutélaire", dans une allusion à l'ancien premier ministre Lionel Jospin.

Ils préconisent en revanche "un +nouveau leadership+ fondé sur la capacité à incarner un pouvoir plus proche, plus disponible, plus partagé, en un mot plus démocratique".

Interrogé par l'AFP, M. Gorce, un des responsables de cette initiative, a indiqué qu'il s'agissait d'une position "individuelle" et non d'une position collective de Nouvelle voix, qui compte quelque 200 membres. Cependant "90% de ces membres partagent cette position", selon lui.
Il a admis encore que si Lionel Jospin avait déclaré sa candidature, "cela aurait été différent". "On a tous été un peu désappointés par sa formule d'être candidat sans l'être, ce qui a constitué un facteur de confusion", a-t-il dit.
Source : AFP"

Commentaires: Enregistrer un commentaire

Lien vers cet article:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by 

Blogger. Isn't yours?