03 juillet 2006

 

Suéde: Ségolène Royal à la découverte du dialogue social à la suédoise

Michel SAILHAN

Agence France-Presse

PARIS

Ségolène Royal, la socialiste préférée des sondages pour l'élection présidentielle en France de 2007, part lundi en Suède pour comprendre comment ce pays du nord a fait converger un "dialogue social approfondi, une syndicalisation importante et très peu de chômage".

Le "dialogue social" sera au centre des entretiens qu'aura durant deux jours, à Stockholm et dans l'île de Gotland, la présidente de la région Poitou-Charentes, dont la popularité ne se dément pas (50% des préférences de sympathisants socialistes, contre 14% à Lionel Jospin et 9% à Jack Lang, dans le dernier sondage IFOP).

"Les Suédois ont concilié vie professionnelle et familiale, ils ont réussi un dialogue social très approfondi, très peu de chômage (environ 5%), avec un taux de syndicalisation important. Il est intéressant de voir comment ils sont arrivés à faire converger tout cela", a-t-elle expliqué à l'AFP.

"Ils sont sortis d'une crise au début des années 1990 en investissant massivement dans la recherche, sans avoir peur des déficits. Il faut observer leur approche et la confronter à notre modèle social, même si l'exemple n'est pas transposable", a-t-elle ajouté.

Pour la députée socialiste, ce voyage est "le plus important, depuis le Chili".

Début janvier, Mme Royal avait "séché" les commémorations du 10ème anniversaire de la mort de François Mitterrand pour aller soutenir au Chili la candidate de gauche -et future présidente- Michelle Bachelet, se démarquant des "éléphants" du parti. Les deux femmes s'étaient prédit un destin national.

En Suède, Mme Royal doit rencontrer les dirigeants des usines Citroën et Ericsson, le Premier ministre Göran Persson, et les ministres des Finances Pär Nuder et des affaires sociales Berit Andnor.

Elle participera à Visby, dans l'île de Gotland, au séminaire économique du Parti social-démocrate suédois.

"On a trop longtemps cru que nous avions le meilleur modèle social. Il faut en rabattre un peu avec cette arrogance française. La Suède est très en avance sur l'intégration des handicapés ou l'égalité hommes-femmes. Quant aux dirigeants politiques, ils sont beaucoup plus sobres, plus proches des gens", selon la candidate non encore déclarée à l'Elysée.

"Edmond Maire (l'ancien dirigeant de la CFDT) a dit récemment que je voulais mettre en place en France une démocratie à la nordique. Malheureusement, on pense souvent chez nous que ces gens-là ne sont pas des bons vivants", a-t-elle observé.

Ce n'est pas la première fois que la députée se réfère aux modèles étrangers pour tracer les contours de ses propositions en matière économique ou sociale.

En mai, dans deux quotidiens britanniques, elle avait loué certains aspects de la politique du Premier ministre Tony Blair, ce qui lui avait valu les critiques de responsables socialistes, dont Laurent Fabius ou Jack Lang, qui dénoncent le coût social du travaillisme britannique.

ms/cgd/pg

source:
http://www.cyberpresse.ca

Commentaires: Enregistrer un commentaire

Lien vers cet article:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by 

Blogger. Isn't yours?