15 juin 2006

 

Ségolène Royal plaide pour un "ordre social juste"

NOUVELOBS.COM | 16.06.06 | 07:07

La candidate à l'investiture socialiste pour 2007 dit vouloir lutter contre la montée de la précarisation.

Ségolène Royal (AP)
Ségolène Royal (AP)
S égolène Royal, candidate à l'investiture socialiste pour l'élection présidentielle de 2007, a plaidé jeudi soir 15 juin pour un "ordre économique et social juste" afin de lutter contre le "sentiment de déclassement" et la montée de la précarisation qui gagnent une partie des Français.
"L'ordre économique juste, c'est un ordre économique qui cesse de voir la France tirée vers le bas, qui la remet vers le haut, qui refuse la société du 'précariat', qui refuse l'insécurité salariale et qui fait en sorte que chacun puisse vivre dignement de son travail. Et, aujourd'hui, on en est loin", a lancé la députée des Deux-Sèvres, interrogée sur France-2.
Ségolène Royal a mis en doute les chiffres officiels qui montrent une hausse en moyenne du pouvoir d'achat des Français. "D'ailleurs, l'INSEE l'admet, les indices ne sont pas valables, ils ne correspondent pas à la réalité de la consommation", a-t-elle assuré. "Si nous revenons aux responsabilités, il faudra établir un calcul démocratique de la hausse du coût de la vie, avec les consommateurs, avec les petits retraités, avec les salariés jeunes."

Fausse route

Interrogée sur l'annonce de la suppression de 15.000 postes dans la Fonction publique en 2007, Ségolène Royal a estimé que le gouvernement faisait fausse route. "Dans ce budget, le gouvernement fait des cadeaux fiscaux aux hauts revenus pour un montant de quatre milliards d'euros. Et, quatre milliards d'euros, c'est sept fois le coût de 15.000 fonctionnaires. Et, 15.000 emplois, c'est ce qui manque dans la recherche, l'innovation et l'enseignement supérieur", a-t-elle expliqué.
"La réforme de l'Etat doit être abordée d'une façon différente", a ajouté la candidate préférée des Français à l'investiture socialiste. "Je pense que les économies viendront d'une meilleure répartition des compétences et d'une confiance faite aux territoires pour gérer au plus près un certain nombre de problèmes et pour améliorer les services rendus."

Distance avec le projet socialiste

"En revanche, je crois qu'il faut maintenir les agents publics là où on en a besoin, et en particulier ce n'est pas le moment de dégarnir l'Education nationale", a-t-elle souligné.
Concernant la promesse de renationalisation d'EDF contenue dans le projet du Parti socialiste, l'ancienne ministre n'a pris, pour sa part, aucun engagement. "Le projet socialiste est un socle avec des grandes orientations, nous l'appliquerons en fonction des moyens financiers dont nous disposerons", a-t-elle nuancé. "Et puis, nous ferons des choix, nous discuterons des priorités dans le cadre d'un fonctionnement démocratique." AP



source :
http://permanent.nouvelobs.com/politique/20060616.OBS1983.html


voir l'intervention de Ségolène Royal à Question ouverte - France 2:



Voir la vidéo

Commentaires: Enregistrer un commentaire

Lien vers cet article:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by 

Blogger. Isn't yours?