18 mai 2006

 

Ségo, c'est plus fort que toi !

FRANCESégo, c'est plus fort que toi !
La tournée triomphale de Ségolène Royal dans la presse internationale continue. Cette semaine, c'est le très londonien The Independent qui a été séduit par la candidate putative des socialistes.
"Si elle gagne, elle deviendra la première femme à conduire la France depuis Jeanne d'Arc, il y a six siècles de cela." Après The New York Times - et beaucoup d'autres quotidiens et magazines avant lui -, c'est au tour de The Independent de consacrer trois pages, lundi 15 mai, à la saga médiatico-politique de Ségolène Royal. "Mme Royal, bien que socialiste, a des points de vue plutôt socio-conservateurs. Elle est, par exemple, fermement opposée au mariage entre personnes de même sexe - même si, pour la France ou pour Marianne, elle fera une exception." En fait, précise John Lichfield, le correspondant en France du quotidien londonien, "Ségolène Royal s'en tient à sa stratégie : garder ses distances avec les autres candidats mêlés à la candidature socialiste".

Pour tenter de mieux cerner le personnage, John Lichfield a suivi la "candidate putative" sur ses terres, en Poitou-Charentes. "Mme Royal a servi un intéressant discours à une centaine de ses administrés, ainsi qu'à un petit groupe de journalistes français et étrangers. Il s'agissait essentiellement d'un discours sur la splendeur du Marais poitevin, mais elle a su, assez intelligemment, glisser à la fin quelques mots sur l'avenir de la France et sur la personne qui sera amenée à diriger le pays. Selon Ségolène, [ce futur leader devra] être attaché à la lente sédimentation de l'histoire de France (sous-entendu : n'écoutez pas tous ces commentateurs étrangers, ainsi que Sarkozy, qui veulent que la France ressemble un peu à la Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis. Non, non, non ! Il est possible de réformer la France et de rester français). François Mitterrand, a-t-elle ajouté, disait qu'il fallait 'passer le témoin' à une nouvelle génération (sous-entendu : pourquoi pas moi ?). Il pensait qu'en politique 'tout était question de saisir le bon moment', le moment 'où l'Histoire pouvait s'accélérer' (sous-entendu : l'alignement des astres m'est favorable, les eaux de la mer Rouge sont prêtes à s'ouvrir pour une femme présidente)."

(...)
Anthony Bellanger

Source et suite de l'article sur:
http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=62859

Commentaires: Enregistrer un commentaire

Lien vers cet article:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by 

Blogger. Isn't yours?