14 mai 2006

 

Le député PS Jacques Floch choisit Ségolène

Ouest-France (LOIRE ATLANTIQUE)

Le député socialiste Jacques Floch (qui ne se représentera pas en 2007) se déclare en faveurde Ségolène Royal pour l'élection présidentielle.

Les adversaires de Ségolène Royal répètent qu'elle n'a pas de programme, et qu'elle ne fera pas le poids lors de la confrontation des idées.

Ceux-là ne l'écoutent pas... Cette semaine, j'ai été très attentif à ses propositions pour la justice. Les pôles départementaux d'instruction : c'est ce que va proposer la commission Outreau. L'avocat dès la première heure de garde à vue : une vieille demande de la gauche. Elle dit aussi qu'elle défendra le programme du Parti socialiste, je trouve cela plutôt rassurant.

Pourquoi soutenir Ségolène Royal, et non Jack Lang au côté duquel vous étiez jeudi soir à Nantes ?

Jack Lang peut être fier de son action. Ce qu'il a fait pour faire descendre la culture dans la rue a été magnifique. Avec lui, avec d'autres, j'ai participé à la grande aventure historique qui a vu le PS devenir un parti de gouvernement, et arriver au pouvoir en 1981. Mais nous sommes au XXIe siècle, et cette génération, la mienne, doit maintenant passer le relais.

Mais Strauss-Kahn et Fabius appartiennent à une autre génération...

Laurent Fabius s'est disqualifié en appelant à voter contre la constitution européenne qui aurait autorisé une évolution positive de l'Europe. La France a besoin d'un président plus européen que lui. Quant à DSK, ses prises de position libérales peuvent être discutées. Il a un problème d'image. Même s'il est solide, je ne suis pas certain qu'il puisse entraîner les volontés. Contrairement à Ségolène Royal. Avec elle, nous sommes en train d'assister à la rencontre entre une femme politique et les Français.

Ses principales qualités ?

Son rapport aux gens, le fait qu'elle parle une langue que tout le monde comprend, son intérêt pour des sujets d'aujourd'hui comme l'éducation des enfants, la situation des personnes âgées, la formation des jeunes.

Est-ce suffisant pour la fonction présidentielle ?

Oui, si on y ajoute quelques défauts. L'autorité, par exemple. J'en ai fait l'expérience quand je traitais avec elle, il y a 25 ans. Au cabinet de François Mitterrand, elle s'occupait des problèmes de la ville. Elle a ainsi participé à la création de l'association des maires des villes de banlieue dont je fus le président. Par ailleurs, elle sait s'entourer et écouter avant de prendre une décision. Elle connaît bien les problèmes politiques. Elle a trente ans d'expérience, parle deux langues, a déjà représenté la France au niveau international, elle rencontre les responsables politiques étrangers. Est-elle capable ? Curieusement, on ne pose pas la question quand il s'agit d'un homme. On ne la pose pas avec de Villiers, pour lequel, à mes yeux, la réponse est non...

Pour vous aussi, l'heure est-elle venue de passer la main ?

Je milite depuis la première campagne de Mitterrand en 1965. Je suis élu local depuis 1971. J'ai eu la grande chance de vivre cette grande aventure du Parti socialiste au pouvoir. J'ai mérité de souffler. Je ne serai pas candidat à un sixième mandat de député.

Recueilli par Marc LE DUC.

Jacques Floch, député socialiste de Nantes-Rezé, ancien secrétaire d'État aux anciens combattants : « Nous sommes en train d'assister à la rencontre entre une femme politique et les Français. »

source:
http://www.nantes.maville.com/actu/Detail.asp?idDOC=300813&idCLA=8

Commentaires: Enregistrer un commentaire

Lien vers cet article:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by 

Blogger. Isn't yours?