09 mai 2006

 

François Rebsamen : «Si Hollande n'y va pas, je la soutiendrai»

François Rebsamen

Numéro 2 du PS.

La semaine dernière,

vous avez annoncé vouloir « aider Ségolène Royal à éviter les obstacles qu'on ne manquera pas de lui tendre ». Est-ce un ralliement ?

Non, l'heure du ralliement n'est pas venue. On verra dans trois mois, à la rentrée. Mais je trouve que la popularité de Ségolène Royal est une chance pour le PS. Elle a su redonner un espoir au parti, une envie de gagner, et une crédibilité face à la droite et à Nicolas Sarkozy. Pour le PS et pour tous les militants socialistes, je ne veux pas qu'on altère son image et qu'on s'en prenne bassement à elle.

C'est vrai qu'elle n'est pas épargnée par d'autres ténors du Parti socialiste...

Elle dérange, elle est une surprise, hors du champ imposé. Forcément, elle crée des jalousies.

Que pense François Hollande de votre prise de position ?

Je n'en ai pas discuté avec lui. Je lui suis totalement loyal. Pour moi, le candidat naturel du PS à la présidentielle est le premier secrétaire. Mais si François Hollande n'y va pas ou n'est pas en situation d'y aller en novembre, au moment de la désignation du candidat par les militants, je soutiendrai Ségolène Royal.

Vu les sondages,

la désignation de Ségolène Royal semble acquise...

Rien n'est fait encore. Aujourd'hui, Ségolène est en tête des sondages, ce qui est très bien pour le PS. Il peut encore y avoir des surprises. Mais si Ségolène Royal est toujours en tête dans quatre mois, certains auront du souci à se faire.

Recueilli par Bastien Bonnefous


©2006 20 minutes

source:
http://www.20minutes.fr

Commentaires: Enregistrer un commentaire

Lien vers cet article:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by 

Blogger. Isn't yours?