25 mai 2006

 

Au nom de quelles valeurs conduire la politique ? Ségolène Royal a répondu lors d'un chat aux internautes sur Le Monde.fr, mardi 23 mai.

LEMONDE.FR | 23.05.06 | 19h23 • Mis à jour le 23.05.06 | 20h22

Anne : J'ai des enfants, je suis lesbienne. Je les ai adoptés, j'ai dû pour cela cacher mon homosexualité. Ma compagne les élève avec moi, elle n'a aucun droit. La France va-t-elle rester longtemps dans cette hypocrisie ? Qu'en pensez-vous ?

Ségolène Royal : J'ai fait voter une loi lorsque j'étais ministre de la famille sur l'autorité parentale conjointe, sans préciser le sexe des parents. Sur la base de cette loi, des tribunaux, et même la Cour de cassation, ont déjà autorisé les familles homoparentales, c'est-à-dire les parents homosexuels, à partager l'autorité parentale.



Eric : Vous n'avez, semble-t-il, pas participé au vote de la loi sur l'immigration. Quelle est votre position sur cette loi ? Que préconisez-vous en matière d'immigration ?

Ségolène Royal : J'ai bien évidemment adhéré au vote du groupe socialiste contre cette loi. C'est un problème matériel qui m'a empêchée d'être dans l'Hémicycle à ce moment-là et merci de me donner l'occasion d'apporter cette précision. Je pense qu'on ne peut pas aborder cette question sans poser le problème des causes de l'émigration, de la pauvreté et, donc, le problème du développement des pays les plus pauvres. Faire l'impasse sur cette question, c'est continuer à subir une immigration clandestine et exploitée. Je pense en particulier que le développement des pays africains est une utopie réalisable. L'énergie est gratuite (le soleil), le rôle des femmes pourrait y être puissamment encouragé (elles accomplissent 95 % du travail agricole et ne bénéficient que de 5 % des crédits bancaires). Pour reprendre une expression de Ticken Ja Facoly, l'Afrique va mal mais pourrait aller mieux si l'on s'en donne les moyens. Et si on lutte contre toutes les formes de corruption et d'abus de pouvoir.

DÉPÉNALISATION : "JE NE SUIS PAS FAVORABLE À UN SIGNAL QUI CONSISTERAIT À BANALISER L'USAGE DE LA DROGUE"

Ajax : Le cannabis, dont la toxicité est pourtant inférieure à un produit en vente libre comme l'alcool, continue d'être en droit français assimilé aux drogues dures. Quelle est votre position sur une dépénalisation du cannabis ?

Ségolène Royal : Dans les faits, certains tribunaux n'appliquent pas la loi de 1970 et d'autres l'appliquent concernant la pénalisation pour usage personnel. Il faut renforcer l'éducation sur toutes les formes de produits toxiques : alcool, tabac, drogues... Sur le plan légal, je ne suis pas favorable à un signal qui consisterait à banaliser l'usage de la drogue. Mais la répression pour usage personnel est inefficace. Le problème d'alcoolisme des jeunes est extrêmement préoccupant.

Willy : Quelles sont les méthodes que vous voulez engager pour que l'Etat réduise son train de vie ?

Ségolène Royal : Les Français ont le sentiment que le produit de leurs impôts est parfois mal utilisé, qu'il y a des gaspillages et qu'ils ne sont pas suffisamment associés aux choix concernant les dépenses publiques. Je suis attachée à un exercice beaucoup plus simple du pouvoir, à l'image de ce qui se fait dans les pays nordiques.

D'autre part, c'est une décentralisation radicale qui permettra de lutter contre les dépenses mal ciblées. Enfin, je souhaite que le budget participatif soit adopté par toutes les collectivités publiques, c'est-à-dire qu'il y ait une participation des citoyens par un vote sur une partie des dépenses publiques. Je le fais dans ma région Poitou-Charentes. Les lycéens votent sur l'utilisation de 10 millions d'euros d'investissement dans les lycées. C'est un gros travail matériel et d'animation. Mais les résultats sont exceptionnels.

Ctsur : La prostitution sous le contrôle de l'Etat au plan financier et sanitaire ne serait-il pas une bonne solution ? L'Etat doit-il s'investir dans cette activité rentable comme le font les Allemands ou la laisser à la clandestinité ?

Ségolène Royal : La question est d'actualité puisqu'un immense marché de la prostitution s'apprête à s'organiser lors de la Coupe du monde en Allemagne. J'ai signé avec de nombreux femmes et hommes de toute l'Europe une pétition publiée dans Le Nouvel Observateur contre l'organisation d'un marché aux esclaves au cœur de l'Europe. La vente des corps est une activité contraire à la convention internationale des droits de l'homme. C'est une atteinte à la dignité des femmes mais aussi des hommes considérés comme des clients potentiels des mafias du sexe.

COLONIALISME : "DEMANDER PARDON, BIEN SÛR"

Ezzahi : Pensez-vous que la France doit demander pardon aux Algériens pour son passé colonial dans ce pays ?

Ségolène Royal : Le colonialisme est une relation d'humiliation entre un pays dominant et un pays humilié. Contrairement à ce qu'a voulu faire la droite, il n'y a aucun élément positif dans cette relation. Relisons le texte magnifique d'Aimé Césaire sur le colonialisme. Tout est dit. Demander pardon, bien sûr. Ce qui compte, c'est que la France soit au clair avec son histoire et toutes celles et ceux qui la composent et qui ont souffert... parce qu'ils étaient engagés avec leurs convictions. Je pense aux Algériens qui ont vécu la répression mais je pense aussi aux harkis et à leurs souffrances. Etant fille d'un officier qui a été engagé dans la guerre d'Algérie, avec les ordres qu'il avait reçus et ses convictions, je mesure l'importance de la prise de parole récente sur cette période de l'histoire qui a permis bien des résiliences. Je pense à ces soldats mêlés à des actes de torture et qui en ont seulement parlé il y a très peu de temps.

Middle : Nous sommes de plus en plus nombreux à avoir des difficultés en fin de mois, alors que nous gagnons entre 2000 et 2 500 euros par mois... Les loyers sont très élevés, nous n'avons droit à aucune aide sociale... et nous payons énormément d'impôts (par rapport à ce que nous gagnons)... J'ai cru entendre que si vous reveniez au pouvoir vous alliez augmenter les impôts... Sincèrement à ce rythme, nous allons finir par entrer nous aussi dans la précarité.. Avez-vous bien pris conscience de ce qui nous arrive, et que comptez-vous faire pour nous ?

Ségolène Royal : Où avez-vous vu que nous allions augmenter les impôts ? Aujourd'hui, plus de deux familles sur trois voient leur pouvoir d'achat diminuer : hausse des charges locatives, qui constituent souvent un 2e loyer, hausse du prix du logement, hausse du prix des carburants et de plus en plus de salariés tombent dans le surendettement. Les fonds sociaux des établissements scolaires explosent car, maintenant, des familles à revenus moyens ont du mal à joindre les deux bouts. Des jeunes salariés habitent dans les mobil-homes et des petits retraités ne font plus qu'un repas par jour. Voilà ce que je vois dans ma permanence d'élue. La paupérisation des jeunes est en voie d'accélération.

"MAÎTRISER LE COÛT DU LOGEMENT"

Le chantier est donc considérable. Il faut l'aborder par plusieurs bouts. La maîtrise du coût du logement par le contrôle du prix du foncier. Les investissements massifs dans le logement locatif dont les familles pourraient devenir propriétaires au bout d'un temps de paiement des loyers sans incident. Un équipement massif en énergies renouvelables gratuites, notamment énergie solaire. Et, bien évidemment, le déblocage de la machine économique pour permettre des créations d'activités et d'emplois et une hausse des bas salaires.

Goret : Etes-vous contre le fait de revaloriser le travail ? Est-ce que la gauche est prête à renoncer à cette politique qui favorise l'assistanat, conduisant à la montée des rancœurs dans notre société ?

Ségolène Royal : C'est la droite qui a dévalorisé le travail, en le précarisant. Notre mission, à gauche, c'est de valoriser le travail en permettant à chacun et chacune d'accéder à un métier et de garder un salaire en cas de mutation économique. C'est une question de sécurité et de dignité. Il faut trouver une nouvelle donne, "un bon deal" entre l'agilité dont ont besoin les entreprises exposées à la concurrence internationale et la sécurité de revenus à laquelle a droit toute personne qui travaille ou qui perd son travail.

Mohamed : Je suis ingénieur français, je paye plus de 4 000 euros d'impôts sur le revenu et je n'ai pas le droit d'entrer en boîte de nuit. Comment voulez-vous qu'on se sente français ? Si vous êtes élue en 2007, que ferez-vous pour que cesse la discrimination flagrante ?

Ségolène Royal : Cette discrimination est sanctionnée par la loi. Signalez les boîtes en question à la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde). Il y a un énorme travail à faire contre toutes les discriminations, notamment celles à l'embauche. Je souhaite aussi que tous ceux qui sont victimes de discrimination trouvent en cette injustice la rage de vaincre, de créer, d'entreprendre, de prendre des initiatives car toute cette énergie, la France en a besoin. Je le dis aussi aux femmes victimes de discriminations et, moi-même, j'y ai trouvé la volonté farouche d'avancer.

DISCRIMINATIONS : "JE SOUTIENS DANS MA RÉGION LES INITIATIVES EN MATIÈRE DE CV ANONYMES"

Je soutiens dans ma région les initiatives en matière de CV anonymes, et, en contrepartie des aides publiques, les entreprises doivent prouver le respect des lois. J'ai observé que les jeunes des quartiers avaient très peu accès aux aides économiques pour créer leur activité (les bourses tremplins). Je suis allée voir. Ils m'ont dit que ce n'était pas pour eux. J'ai dit : 'si, la région va venir vers vous pour vous aider à créer vos activités'. J'ai mis en place un chapiteau itinérant dans les quartiers avec toutes les aides de la région. Et maintenant, les jeunes viennent. Dans trois mois, je ferai le bilan de tout ce qu'ils ont créé : commerces, services, informatiques, mécaniques, culture... y compris les filles.

Clément : Madame Royal, les responsables politiques mettent de plus en plus en avant leur vie privée pour afficher des valeurs au nom desquelles ils gouvernent et qui s'appliqueraient à eux-mêmes. Pensez-vous que cette évolution est positive ou doit-on s'en méfier ?

Ségolène Royal : Je pense que les gens n'ont que faire de la vie privée des hommes politiques. Ce qu'ils veulent, ce sont des responsables politiques à l'écoute, efficaces, honnêtes et simples.

Marie : Quels sont vos projets concernant l'université en France ? Pensez-vous qu'il soit pertinent de laisser autant de bacheliers s'orienter dans des filières sans débouchés ? Que proposez-vous pour palier ce problème ?

Ségolène Royal : 40 % des étudiants sortent de l'université sans aucune qualification. C'est un gaspillage et un désespoir, en particulier pour les parents modestes qui avaient fondé beaucoup d'espoir dans l'accès à l'enseignement supérieur de leurs enfants en faisant beaucoup de sacrifices financiers. Cela ne peut pas durer. Il y a un problème d'orientation au départ et on voit que les filières professionnalisées débouchent plus facilement sur des emplois (IUT, BTS, formations supérieures par alternance, apprentissage dans l'enseignement supérieur). Il faut donc, sans assujettir l'université au monde de l'entreprise, tenir compte des débouchés et faire évoluer les contenus.

UNIVERSITÉS : "ARRÊTER D'ENGAGER LES JEUNES DANS DES IMPASSES"

Par ailleurs, il faut arrêter d'engager les jeunes dans des impasses. Par exemple, tous les étudiants qui se sont engagés dans la voie de l'enseignement à la suite d'une publicité du gouvernement pour aller dans ces carrières sont aujourd'hui pris dans une souricière car la droite a taillé de façon scandaleuse dans le nombre de postes d'enseignant mis au concours. Il faudra des engagements sur plusieurs années pour que les jeunes en début de cursus sachent le nombre de postes à leur sortie. C'est valable aussi pour les chercheurs.

Marieke : Vous vous engagez pour une certaine rénovation de la vie politique. Mais on peut noter que vous cumulez aujourd'hui deux mandats très lourds : la présidence de région en Poitou-Charentes et votre siège de député des Deux-Sèvres. N'est-ce pas contradictoire ?

Ségolène Royal : Vous avez raison.... même si j'ai accédé à la présidence de région en ayant déjà mon mandat de député, que je ne veux pas abandonner, justement, en cours de mandat. Mais, aujourd'hui, la question se pose puisque c'est maintenant que nous devons déposer nos candidatures pour les prochaines législatives. La loi autorise aujourd'hui le cumul de deux mandats. Je suis donc actuellement dans le cadre de cette loi. Mais, dans le programme du Parti socialiste, il y a le non-cumul de mandat entre un exécutif local important et un mandat parlementaire.

"J'AI DÉCIDÉ DE RESPECTER AVANT L'HEURE LE PRINCIPE DU NON-CUMUL"

J'estime, malgré mon attachement profond à ce mandat de député, que les électeurs m'ont renouvelé sans discontinuer dans les Deux-Sèvres depuis 1988, qu'il faut à un moment être cohérent entre ce que l'on s'apprête à dire et ce que l'on fait. J'ai donc décidé de respecter avant l'heure ce principe du non-cumul et de transmettre le flambeau de ma circonscription en continuant à y veiller de très près depuis la région, qui est le mandat que je garde. Je crois que la cohérence est une valeur politique de première importance et c'est pourquoi je le fais.

Lola : Etes-vous pour un service minimum dans les services publics ? Estimez-vous normal qu'un pays soit paralysé par le personnel d'une entreprise publique en grève ?

Ségolène Royal : Je crois que c'est surtout le déficit de dialogue social qui pose problème. Personne ne fait grève de gaité de cœur, d'abord parce qu'on perd son salaire et qu'à un moment où le pouvoir d'achat régresse (voir plus haut), personne ne peut se permettre de perdre du salaire. Donc, il faut des relations sociales solides pour éviter les grèves et le désordre pour les usagers.

Poney64 : Si vous gagnez la présidentielle, comment constituerez-vous votre gouvernement ? Y aura-t-il des accords avec DSK, Fabius et Emmanuelli ou bien ferez-vous appel à des têtes neuves ?

Ségolène Royal : Je m'interdis de "faire des plans sur la comète". Par déontologie, je m'abstiens de toute anticipation sur des événements qui ne sont pas encore arrivés. Nous verrons. Chaque chose en son temps. Ce qui compte dans toute activité de leadership, c'est la capacité à rassembler les talents et les compétences, d'où qu'elles viennent, les imaginations comme les expériences. Puis de faire la synthèse de ces diversités, de fixer le cap, de tracer la route et de rester en capacité permanente d'écoute et d'adaptation par rapport aux citoyens qui détiennent aussi tous une part d'expertise légitime. C'est ce que j'explique sur mon site desirsdavenir.org sur lequel je vous invite à venir construire ensemble la France qui se tire vers le haut et qui a confiance en elle et en son énergie.

Chat modéré par Constance Baudry et Isabelle Mandraud


Source:
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3224,36-775185@51-749161,0.html



Commentaires: Enregistrer un commentaire

Lien vers cet article:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by 

Blogger. Isn't yours?